Archives de l’auteur : jacques

La rentrée du Krôcô

Un mois riche en événements pour le Krôcô et la transition écologique et citoyenne sur Nîmes…

• Samedi 8 septembre
Conférence de presse Nîmes en Transition 11h30 aux Tables de la Fontaine.
Annonce des nouveaux prestataires, le point sur l’enquête prestataires et présence dans les divers événements.
• Samedi 15 septembre
Lancement du Krôcô à la Biocoop Marguerittes : stand adhésions, com, animations 10 à 13h
Et Animations 15h Fête des Possibles au Jardin Intérieur : le Krôcô y animera des jeux de simulation monétaire et économique, et on parlera monnaie locale.
• Mardi 18 septembre
Etape Alternatiba à 10h-11H à l’Esplanade : stand et Vélorution
• Samedi 22 septembre
Projection du film DEMAIN au CGR, MagnaNîmes. Intervention-débat après film 10H-13h
Village des Assos à Pissevin : stand et animations 14h-18h
• Jeudi 27 septembre
Présentation Monnaie Locale et animations jeux au SPOT dans le cadre de l’EXPO de OUF 7/7 de 20h à 21H.
• Samedi 29 septembre
Anniversaire GARD N’VRAC de 15h à 18h : table devant le magasin + apéro
Journée de la Transition Esplanade 10H-18h installation stand
• Dimanche 14 octobre
Rencontre régionale des MLCC Grand-Sud-Ouest à Toulouse

Participez à la première enquête du Krôcô

Trois mois après le lancement du Krôcô, nous avons souhaité faire un point sur son fonctionnement, pour avoir une première vision de ce qui décolle, ce qui ne décolle pas, des circuits qui se mettent en place, de la circulation de la monnaie.
Nous avons donc élaboré un questionnaire pour tous les prestataires, ces professionnels qui acceptent les paiements en Krôcô. Mais nous avons aussi besoin de voir du côté des utilisateurs, et nous avons donc un questionnaire spécifique pour les adhérents du Krôcô. Et, pour être complets, nous en avons un aussi pour les « sympathisants », ces personnes qui à un moment ou un autre ont croisé notre route et manifesté leur intérêt… sans pour autant devenir adhérents de l’association.
Ces questionnaires peuvent être remplis (en 5 minutes) directement sur écran (via Acrobat Reader), ou de façon plus classique sur papier. Dans les deux cas, il faut télécharger le fichier. Donc, si vous êtes adhérents de l’association des Vrais monnayeurs de Nîmes, utilisateurs ou non du Krôcô, le questionnaire utilisateurs vous attend ici. Et pour les non-membres il est là.

On compte sur vous pour en savoir plus sur vos souhaits, vos freins, vos suggestions !

Le premier Krôcô de Jean-Paul Fournier

Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, a découvert son premier Krôcô à l’occasion de la journée de clôture de la Quinzaine du Développement Durable, le 9 juin dernier. Nous espérons que ce n’est que le début d’une longue série… et de fructueuses collaborations avec les services municipaux du Commerce/développement, Tourisme, Affaires sociales…

Et pourquoi pas, comme à Bayonne, la possibilité pour la Ville de payer en Krôcô, y compris les indemnités des élu·e·s ?

Vers une 2e loi sur les Monnaies Locales ?

Le sénateur de l’Isère, Guillaume Gontard, vice-président de la commission Aménagement du Territoire et Développement Durable, propose, sur le site Parlement & Citoyens, une consultation qui pourrait servir de base à une proposition de loi pour « Soutenir le développement des monnaies locales ».

Par cette consultation, il est proposé de répertorier l’ensemble des freins que rencontrent les monnaies locales, complémentaires et citoyennes. Il est souhaité également que l’intelligence collective et le retour d’expérience des créateurs de MLCC permette d’imaginer des leviers, notamment législatifs, pour favoriser leur développement. Enfin, en fonction des solutions politiques, législatives et règlementaires, qui seront proposées il pourra être envisagé, si besoin est, la rédaction d’une proposition de loi. Parmi ces sujets qui pourraient faire l’objet d’une proposition de loi : l’autorisation pour les collectivités de payer directement certaines prestations en MLCC. Il est aussi également envisagéune réflexion sur les stratégies à mettre en œuvre pour la promotion des MLCC notamment par les collectivités locales.

En tout état de cause, cette consultation paraît utile pour accroitre la mise en lien des acteurs et la visibilité des monnaies locales, complémentaires et citoyennes, et ainsi contribuer à leur développement.

Pour participer, il suffit de se rendre sur le site de la consultation publique  , qui est accessible jusqu’à fin août.

Quinzaine du DD : nos prestataires s’impliquent

Dans le cadre de la Quinzaine du Développement Durable, les prestataires du Krôcô mettent la main à la pâte, à l’occasion des Ateliers « DO IT YOURSELF”.

Lundi 4 juin de 11h30 à 18h
Cuisine végane et dégustation
Par, et au restaurant « Les P’tits Poissons Verts », 5 rue des Petits Souliers

Mercredi 6 juin- 19h30
« La nuit de la bidouille – Soirée BIDONnage »
Association Les Petits Débrouillards, 7 boulevard Gambetta
Les Petits Débrouillards, mouvement d’éducation populaire participant aux transitions écologiques et sociales, vous propose  en partenariat avec la nouvelle épicerie Gard’n Vrac une soirée totale BIDONnage ! Lors de cette soirée, venez fabriquer votre propre étagère de rangement à l’aide de vieux bidons de récup’ et un brin d’imagination. Jeunes et moins jeunes, tout le monde est le bienvenu lors de cette rencontre créative et conviviale. Animé par Gérald Forel, un Vrai Monnayeur !
Gratuit sur inscription / informations au 09 81 36 97 02

Programme complet de QDD

La légende du Krôcô

La légende du Krôcô

Il y a bien longtemps, la bonne ville de Nîmes fut construite autour d’un palmier sacré. Un vrai travail de Romain ! Le palmier sacré, au pied duquel était enchaîné un crocodile, avait été planté là par un auguste empereur de passage, sur le chemin menant à Rome. D’antiques monnaies locales frappées à cette époque en témoignent. Des siècles durant, le palmier avait grandi là et prospéré, au milieu du va-et-vient des habitants de la ville, sur la place du Marché, le pauvre croco toujours prisonnier à son pied.

Malgré une juste méfiance envers l’animal (bien que ce croco ne croquât jamais personne), les Nîmois avaient fini par se prendre de sympathie pour celui qu’ils voyaient finalement comme un gros lézard placide et, peu à peu, le Croco devint plus populaire que l’arbre qui le retenait prisonnier. A tel point que le diminutif du bestiau entra dans un grand nombre de noms de commerces et d’associations (CrocoPneu, CrocoVélo, CrocoRoller, CrocoJardins, CrocOBus,…), jusqu’aux footballeurs locaux qui devinrent naturellement Les Crocos !

Au début du 21e siècle, des scandales financiers éclatèrent de par le monde. Chacun-chacune pût constater que les plus grandes entreprises du monde trichaient avec le fisc pour « optimiser » leurs bénéfices. Bref, les GAFA se gavaient grave ! Et pas seulement ces géants-là. Des quantités de petits barons locaux, d’ici ou d’ailleurs, planquaient aussi leur oseille dans de petites îles tropicales peuplées de palmiers, dans l’ombre desquels prospéraient banques peu scrupuleuses et sociétés-écran. Le prestige attaché, lui aussi, au palmier fondit à vue d’œil. L’arbre aux palmes, naguère symbole d’évasion vacancière et de paradis ensoleillé, devint subitement celui de l’évasion fiscale, des comptes obscurs et de la spoliation nationale. Un palmier, un compte off-shore, un service public démantelé !

C’est à peu près à cette époque qu’on se remit à parler de monnaies locales, à Nîmes comme ailleurs. Créer des monnaies, n’ayant cours légal que sur un territoire restreint, garantirait contre l’évasion du fruit de l’économie locale. La richesse créée ici serait forcément réinvestie ici. Une bande de monnayeurs (de Vrais Monnayeurs !) s’attela à la tache. Au moment de choisir un nom pour la future monnaie, l’on questionna la population, laquelle dans une belle et émouvante unanimité, décida d’honorer la pauvre bête victime du palmier désormais honni. Ce serait donc le Krôcô, avec deux accents pour faire nîmois et un K pour faire nickel, même si aucune pièce ne devrait jamais être frappée, seulement des billets. Il fut donc décidé de détacher le Krôcô de son arbre tropical et paradifiscalien, pour qu’il puisse vivre sa vie de monnaie libre et citoyenne, au service de la population locale. Les îles Caïman, non ! Le Krôcô, oui ! Depuis, on le voit circuler dans les rues et commerces de Nîmes, de proche en proche, de main en main, de poche en poche.